Les 5 innovations high-tech de demain

Communiquer avec une personne en 3D, recharger ses batteries grâce à l’air que nous respirons, participer à des programmes scientifiques collaboratifs, se déplacer sans se soucier des imprévus, utiliser la chaleur dégagée par les ordinateurs pour créer de l’énergie. Ces cinq innovations technologiques devraient modifier notre quotidien dans les cinq prochaines années, selon la cinquième édition de l’étude prospective “Next Five in Five” dévoilée par IBM ce mercredi 28 décembre.

D’ici cinq ans, chacun pourrait communiquer avec ses proches, ses amis ou son patron via un hologramme 3D. Très prochainement déjà, des téléphones mobiles afficheront des images en trois dimensions pour regarder des photos et vidéos ou surfer sur Internet. Mais selon IBM, des chercheurs travaillent actuellement sur une technologie 3D capable de restituer une image holographique en trois dimensions d’une personne via une caméra miniature qui s’intègre dans un téléphone portable ou une tablette numérique.

Aujourd’hui, bon nombre de personnes possède un téléphone portable, un baladeur numérique ou encore un ordinateur portable. Ces objets ont la particularité de fonctionner avec des batteries rechargeables, à l’autonomie assez limitée et nocives pour l’environnement en fin de vie. La recherche s’oriente sur une nouvelle technologie capable d’utiliser l’air que nous respirons pour recharger ainsi ces batteries. Une autre voie est explorée par IBM : la récupération d’énergie. A l’instar de certaines montres déjà dans le commerce, il suffira de secouer son appareil high-tech pour le recharger. Cette voie permettrait de supprimer définitivement l’usage d’une batterie, précise IBM.

La multiplication de l’équipement en informatique, de la connexion à Internet, et de surcroît au haut débit, et des réseaux sociaux pourrait transformer tout un chacun en scientifique pour sauver la planète. En informant par exemple sur Twitter de l’apparition des premiers moustiques dans son quartier, l’internaute pourrait participer à un recueil de données environnementales mondiales exploitables ensuite par les scientifiques. Certains possesseurs de téléphones mobiles pourraient participer par ailleurs à des études via des applications dédiées. Même un ordinateur portable grand public pourrait servir pour détecter les mouvements sismiques à l’aide d’un capteur intégré.

Autre moyen d’exploiter au mieux la prolifération des ordinateurs, et autres centres de données sur la planète est de récupérer la chaleur qu’ils dégagent pour la transformer en énergie, et alimenter par conséquent une ville par exemple. Selon IBM, jusqu’à 50% de la chaleur dégagée par un centre de données moderne est évacuée par la ventilation. Un projet pilote mené en Suisse montre qu’il est possible d’économiser jusqu’à 30 tonnes de dioxydes de carbones par an, en utilisant un système évolué de water-cooling, c’est-à-dire de refroidissement par l’eau.

GPS et géolocalisation ont connu un succès grandissant ces dernières années et ne cessent d’évoluer. Dans les cinq prochaines années, les déplacements que ce soit à pied, en auto ou en transport en commun devraient plus encore être facilités. Les chercheurs d’IBM sont en train de développer des modèles mathématiques qui analysent de nombreux paramètres sur le trajet comme les accidents, les horaires de pointe, les événement locaux, etc., et indiquent au conducteur par exemple un nouvel itinéraire qui peut être d’emprunter les transports en commun, à condition que le train qui mène à destination est à l’heure et si une place du parking près de la station est disponible. Ces modèles de calcul assurent ainsi un déplacement personnalisé sans être pris au dépourvu par un imprévu.

(Relaxnews)

Laisser un commentaire

.0